arrow drop search cross

Tables rondes dans le cadre du projet "Droit et Objets Connectés"

L’esprit de ces tables rondes est d’échanger de façon informelle, dynamique et ouverte entre juristes et non-juristes, de sorte à identifier la manière dont les différents champs disciplinaires et les acteurs de la vie économique concernés par l’essor actuel des « objets connectés » appréhendent, le cas échéant, les questionnements juridiques suscités en pratique par ce phénomène.


15/11/2019   :   09h00
Campus Trotabas, Nice
Publication : 15/11/2019
Partager cet article :

Il convient par conséquent que les différents intervenants répondent aux questions suivantes, en se fondant au besoin sur des situations concrètes : Quelles sont les métamorphoses provoquées par l’essor des objets connectés dans différents domaines (santé, protection des data, gestion d’une métropole, automatisation des relations contractuelles…) ? Existe-t-il de nouveaux risques – notamment juridiques – que cet essor est susceptible d’engendrer ? Plus généralement, quelle est la place du droit dans l’accompagnement de ce phénomène ? 

La journée sera articulée autour de quatre ateliers : 

Introduction : Irina Parachkevova-Racine, Jean-Baptiste Racine, Thierry Marteu 

  • Objets connectés et aspects économiques et technologiques  

Francesco BANTERLE, Avocat au barreau de Milan (aspects données et valorisation) : lui proposer l’atelier aspects technologiques (en anglais). 

Patrice REIS 

Emilie MAUREL  

Grégory FUSTER 

 

  • Objets connectés et territoires 

Martial LE GUEDARD, Chargé de mission Gestion de Crise - Environnement numérique, Département Risques & Crises, Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ) : aspect gestion de crise numérique – est-ce différent d’une autre crise (politologue) 

Jean-Sylvestre BERGÉ 

Julie CHARPENET (aspects smart cities). 

 

  • Objets connectés et data 

Bruno MATHIS, Consultant et chercheur indépendant, Administrateur de Open Law (espace de travail et d’expérimentation pour les acteurs du droit) : ateliers data (à confirmer). 

Florence G’SELL, Professeur de droit à l’Université de Lorraine : quel(s) ateliers ??? Data ? Aspects technologiques ? 

Christophe LAZARO, Professeur de droit à l’Université de Louvain, Centre de philosophie du droit (probablement ateliers data et santé ; conférence la veille) 

Anana POSTOACA

 

  • Objets connectés et santé 

Anne TRESCASES

Alexandra GARNIER /Emilie MAUREL : à confirmer

 

Propos Conclusifs : Grégory LEWKOWICZ, Professeur de droit à l’Université Libre de Bruxelles, Centre de philosophie du droit Perelman (propos conclusif) 

 

Chaque intervenant peut choisir de s’exprimer dans le cadre d’un ou plusieurs ateliers. Les intervenants sont, naturellement, libres, selon leurs affinités et leurs habitudes de travail, de développer plus particulièrement, voire d’axer entièrement leurs interventions sur des exemples concrets, susceptibles d’illustrer la thématique. Les interventions seront de courte durée (10 minutes maximum), de sorte à laisser une large part aux débats.